La vaccination : se proteger et proteger les autres

Quelles sont les maladies évitables par la vaccination ?

La vaccination permet aujourd’hui de se protéger contre de nombreuses maladies comme :
La diphtérie
Le tétanos
La coqueluche
La poliomyélite
Les infections à papillomavirus humains (HPV)
La rougeole
Les oreillons
La rubéole
La varicelle
L’hépatite B
Les infections à pneumocoque
Les infections à méningocoque
La grippe

Pourquoi se faire vacciner alors que certaines des maladies à prévention vaccinales ont quasiment disparu en France ?

Si certaines maladies comme la poliomyélite ont disparu en France, elles sont encore présentes dans certains pays d’Afrique ou d’Asie. Avec le nombre croissant de voyageurs français vers ces destinations, cette maladie pourrait réapparaître et se diffuser à partir des personnes non vaccinées ou n’ayant pas effectué leurs rappels. À leur retour, celles-ci pourraient contaminer des groupes de personnes non ou insuffisamment vaccinés, et ainsi propager la maladie en France. Ainsi, en 2015 et 2016, deux enfants non vaccinés sont morts de diphtérie en Europe.

L’amélioration de l’hygiène fera-t-elle disparaître les maladies et ainsi rendra-t-elle inutiles les vaccins ?

Non, si nous mettons fin aux programmes de vaccination, les maladies contre lesquelles nous pouvons nous faire vacciner aujourd’hui réapparaîtront. S’il est vrai qu’une meilleure hygiène, le lavage des mains et l’eau potable contribuent à protéger les populations contre les maladies infectieuses, de nombreuses infections peuvent encore se propager, quel que soit notre degré de propreté. En ne se vaccinant pas, des maladies devenues rares, telles que la poliomyélite et la diphtérie, ressurgiront rapidement. Certaines maladies réapparaissent dès que la proportion de personnes vaccinées (ou couverture vaccinale) diminue. C’est ainsi qu’une grosse épidémie de rougeole s’est déclarée en France de 2008 à 2012 du fait du nombre insuffisant de personnes vaccinées contre cette maladie.

Pourquoi faut-il être vacciné contre certaines maladies au-delà de l’enfance ?

Certaines maladies sont, à tort, considérées comme infantiles et bénignes ; or elles peuvent dans certains cas provoquer des complications physiques ou neurologiques graves, voire le décès. C’est pourquoi il est important d’être vacciné et de vérifier régulièrement son carnet de vaccination afin de faire les rappels ou mises à jour des vaccins nécessaires.
La vaccination est en effet aussi très utile chez l’adulte. Il est nécessaire que les adultes fassent les rappels des vaccins qu’ils ont eus lorsqu’ils étaient enfants. En effet, les défenses du corps peuvent diminuer avec le temps et doivent être réactivées ,comme par exemple pour des maladies comme le tétanos, la diphtérie ou la polio. Il n’est jamais trop tard pour se faire vacciner : les adultes peuvent aussi se faire vacciner même s’ils n’ont jamais été vaccinés auparavant.

Les maladies infantiles évitables par la vaccination ne sont-elles pas simplement des désagréments de la vie dont il faut s’accommoder ?

Non, les maladies telles que la rougeole, les oreillons et la rubéole sont des maladies graves qui peuvent entraîner de sérieuses complications à la fois chez les enfants et chez les adultes. Elles peuvent provoquer des pneumonies, des encéphalites, des cécités, des diarrhées, des infections auriculaires, le syndrome de rubéole congénitale (si une femme est infectée par la rubéole en début de grossesse), ou pire, la mort.
Toutes ces maladies et les souffrances qui leur sont associées peuvent être évitées grâce aux vaccins. À défaut de vaccination contre ces maladies, les enfants et les adultes sont inutilement vulnérables.

Ne vaut-il mieux pas s’immuniser par la maladie que par les vaccins ?

Non, les vaccins agissent sur le système immunitaire et entraînent une réponse immunitaire semblable à celle produite par l’infection naturelle, mais ils ne provoquent pas la maladie. Ils ne font donc pas courir à la personne vaccinée le risque d’une maladie qui peut se compliquer
En effet, une maladie peut laisser de graves séquelles, par exemple : une encéphalite dans le cas de la rougeole ; des malformations congénitales dans le cas de la rubéole ; un cancer du foie dans le cas du virus de l’hépatite B…

Source : Inpes

 

En savoir plus sur le fonctionnement de la vaccination, ses bénéfices et ses objectifs en cliquant ici

Pour toute demande de vaccination nous contacter ici

 

 

2019-03-19T13:53:14+01:00